mercredi 16 septembre 2015

Communiqué de Vénissieux fait front !


Communiqué du 16/09/2015


Vénissians, Vénissianes,

Il y a plus d'un an, l'aventure Vénissieux fait front était initiée par le conseiller municipal sortant Yvan Benedetti. Nous n'étions ni attendus, ni souhaités, ni même tolérés par nos adversaires, de Vénissieux et d'ailleurs. Nous sûmes cependant faire face et nous imposer : ce fut la brillante campagne des municipales 2014. Les résultats obtenus, notre présence au second tour et l'obtention de deux élus au conseil municipal - grâce à l’énergie et au dévouement de nos militants - stupéfièrent et tinrent en haleine l'ensemble du pays. Puis vint le déni de justice que constitua l'annulation des élections et la tenue d'un nouveau scrutin ou tout fut fait pour nous empêcher de nous présenter, privant ainsi de nombreux vénissians de leur voix et de leurs représentants légitimes.

Aujourd'hui, la tenue de nouvelles élections spécifiquement vénissianes n'étant plus d'actualité pour quelques années, nous avons pris la décision d'employer de nouveau notre force de frappe et de proposition militante, mais, cette fois-ci, au service de la Cause de la France tout entière, en rejoignant une structure à vocation nationale. Nous vous annonçons donc le ralliement du groupe Vénissieux fait front au Parti nationaliste français, dirigé par André Gandillon, suite à son appel à l'unité des nationalistes. Plusieurs membres de Vénissieux fait front seront ainsi nommés délégués et auront le privilège de représenter notre structure lors du prochain congrès du PNF.

Le combat continue donc au Parti nationaliste français !

Rejoignez-nous : adhérez et faites adhérer au PNF !
 
 

dimanche 11 janvier 2015

Second numéro de la lettre d'informations municipales de Vénissieux Fait Front !

Avec un peu de retard, mise en ligne de la seconde lettre d'informations municipales de Vénissieux Fait Front, déjà distribuée depuis septembre à plusieurs milliers d'exemplaires !

Cliquez sur l'image pour lire la gazette !

samedi 8 novembre 2014

L’échec de leur société multiraciale

Communiqué du 6 novembre 2014

Les faits :
 
Mercredi 5 novembre peu avant minuit, un véhicule de police a pris en chasse une Renault Mégane, qui après avoir commis plusieurs infractions avait refusé d’obtempérer.

Lors de la course poursuite la Renault Mégane a emprunté en sens inverse un couloir d’autobus, suivie par le véhicule de police. Hélas un bus de la ligne C25, arrivant en contresens et ayant fait un écart pour éviter le choc, n’a pu être évité par le véhicule de police.

Un policier municipal de Vénissieux est mort sur le coup, un autre policier municipal, passager du véhicule, a été gravement blessé et hospitalisé, le conducteur de bus en état de choc et témoin obligé de la scène, a été pris en charge par les pompiers. Les passagers présents ont été « très choqués » mais ne sont pas blessés.

La Renault Mégane a été retrouvée peu après, non loin de là, elle avait été volée en juillet 2014 et portait de fausses plaques d’immatriculation.

Le choc a eu lieu sur la commune de Saint Priest, qui jouxte Vénissieux.

Le groupe « Vénissieux Fait Front » présente ses plus sincères condoléances aux proches de la victime et ses vœux de prompt rétablissement au policier blessé.

Yassine Zobiri, le policier décédé, était d’origine extra-européenne mais cela ne l'a pas empêché, bien que présentant les symptômes d'une pseudo-integration à notre société, d'être victime de leur « vivre ensemble ». Preuve supplémentaire que leur société multi-raciale, multi-raciste, multi-violente ne marche pas et ne peut nous conduire qu’au chaos.

Seules les sociétés ethniquement homogènes ne connaissent pas le racisme, partout où le multiculturalisme a été testé, le résultat a été catastrophique (EUA , Brésil, Afrique du sud, Côte d’Ivoire, etc).

Le contexte : Vénissieux ville sinistrée, lieu de tous les trafics, zone de non-droit livrée à la pègre immigrée, où règne de la violence

Cet événement dramatique, qui n’est hélas pas un fait isolé, sera pourtant vite oublié une fois de plus, car la seule préoccupation de la junte socialiste au pouvoir et d’y faire la chasse à ceux qui justement veulent éradiquer cette violence, ses crimes et délits : les nationalistes de « Vénissieux Fait Front ».
carenco valls
En effet à Vénissieux, au lieu de chercher à lutter contre le crime, l’UMP de Christophe Girard et le préfet socialiste Jean-François Carenco, aux ordres d’un premier ministre apatride, immigré naturalisé, portant kippa – qui se sent éternellement lié à Israël mais pas à la France -, marchent main dans la main : leur action conjointe vient d’aboutir à l’annulation de l’élection municipale de Mars 2014 afin d’évincer la liste « Vénissieux Fait front ».

Un préfet zélé dans sa soumission aux apatrides qui nous dirigent, mais cependant incapable de faire régner l’ordre : Pour le 14 juillet dernier, il avait mobilisé pas moins de 1800 CRS  pour faire face aux débordements de joie de la racaille, peine perdue !

voitures brulées vénissieux 2014
Vénissieux et Saint Fons – la ville voisine – ont été les villes les plus touchées par les incendies de voitures (69 véhicules incendiés pour tout le Rhône).
Les forces de police ont même essuyé des tirs de mortiers,  ce qui est hélas un fait devenu habituel à Vénissieux.
Les tirs de mortiers sur la police sont une activité coutumière à  Vénissieux :
 Lyon Mag du 27 Juillet 2013 :
vénissieux lyonmag
Le Progrès de Lyon du 13 Février 2014 :
 vénissieux le progrès mortier
Donc à Vénissieux, la racaille immigrée tire régulièrement sur la police avec des armes de guerre, mais ce sont les nationalistes qui sont considérés comme un danger à éliminer par la junte Socialiste et ses petits collabos de l’UMP.

La racaille, elle n’est jamais inquiétée (et ne le sera jamais de peur de mettre la ville en feu) et court toujours, et quand bien même elle est arrêtée, elle est immédiatement relâchée par la justice de Taubira : schéma de fonctionnement habituel de toute dictature, les puissants utilisant les gueux et la fange pour terroriser les petites gens, y compris ses propres agents.

Nous, nationalistes de « Vénissieux Fait Front », nous ne baisserons pas les bras, nous poursuivrons notre combat, aux cotés de notre peuple abandonné, pour abattre ce système cynique, ou la racaille dorée en haut de la pyramide, marche main dans la main avec la fange, la racaille bronzée à la base de la pyramide.

Comme toujours, seuls contre tous – Là est notre honneur, là est notre fidélité – nous restaurerons la France éternelle afin de redevenir

Maîtres chez nous!

« Vénissieux fait front »

Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira :
Nous tisserons le linceul du vieux monde,
Car on entend déjà la tempête qui gronde
 C’est nous les canuts
Nous sommes tout nus

mercredi 8 octobre 2014

Annulation des élections municipales de Vénissieux

Le tribunal administratif de Lyon a annulé ce mardi l’élection municipale de Vénissieux. Outre l’annulation des opérations électorales, les juges ont prononcé un an d’inéligibilité à l’encontre d’Yvan Benedetti, qui avait mené la liste Vénissieux fait front. Malgré les pressions de l’extrême droite et du préfet antifasciste du Rhône Jean-François Carenco, la liste nationaliste avait été qualifiée pour le second tour et avait obtenu deux élus. Les juges ont accrédité la thèse que des membres de la liste n’auraient pas donné leur consentement. Cette décision pourrait faire l’objet d’un appel devant le Conseil d’État.

Une nouvelle élection municipale sera organisée à Vénissieux dans les trois mois.

votez-benedetti-venissieux-municipales-2014-badigeon


À très peu, contre presque tous, pour tous!

 

Communiqué Yvan Benedetti

Le tribunal administratif de Lyon vient de rendre son verdict. Il va au-delà de la demande du rapporteur public.

Non seulement l’élection de Vénissieux est annulée et nos mandats suspendus, mais il déclare notre inéligibilité pendant un an. Dors et déjà nous ne pouvons plus siéger au conseil municipal de Vénissieux.
Après l’interdiction de l’Œuvre française, mouvement que je préside, par la dictature socialiste en place, ce jugement et l’invalidation de mon mandat de conseiller municipal bénévole constituent un nouvel acte de forfaiture. Il confirme que nous sommes, nous nationalistes, la seule alternative au système. D’autant plus que, dans cette affaire, nous avions contre nous tout à la fois le pouvoir et son représentant servile le préfet Carenco, la fausse opposition UMP, mais aussi la Le Pen qui s’était jointe au représentant du ministère de l’Intérieur pour demander l’interdiction de notre liste.

Comme toujours nous sommes seuls contre tous. Là est notre honneur, là est notre fidélité.

Tout ceci n’est qu’une petite étape sur le long chemin de la délivrance. Chaque coup qu’ils nous portent renforce notre détermination. Nous sommes la France renaissante en marche. Inexorablement!

En avant la victoire! Maîtres chez nous!

SOURCE : HTTP://JEUNE-NATION.COM