vendredi 28 février 2014

jeudi 27 février 2014

Pressions de la préfecture sur les colistiers d'Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac




Alors que la liste Vénissieux fait Front a été déposée lundi en préfecture et doit être validée (ou invalidée) au plus tard demain, les services de M. Carenco – contre lequel Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont déjà porté plainte à l'automne – cherchent à faire pression sur les membres de la liste.

Ils accèdent ainsi à la demande de la fille Le Pen, héritière de la petite boutique familiale, qui appelle les autorités à son secours pour protéger son fond de commerce. Il semblerait que les adhérents du FN ayant souhaité concourir sur la liste de nos amis Benedetti et Gabriac soient contactés afin d'être informés que, même si la liste s'intitule Vénissieux fait Front (Yvan Benedetti siège depuis six ans au conseil municipal de Vénissieux sous cette étiquette), le FN n'en est pas l'organisateur.

C'est à dire qu'incapable de monter une liste, le falot Boudot, secrétaire départemental de la fédération Front National du Rhône, considère que ses adhérents lui appartiennent et veut les empêcher de faire leur devoir en tentant de barrer la route au bolchevisme à Vénissieux. Le tout avec le soutien de la préfecture !

Dans sa quête de respectabilité, le néo-front se déshonore chaque jour d'avantage… Les nationalistes s'en souviendront lors des prochains scrutins en évitant soigneusement de choisir les bulletins de cette officine gaulliste dans les rares communes où leurs listes auront pu être déposées.

Pieter Kerstens apporte son soutien à Vénissieux Fait Front !

Le militant nationaliste historique Pieter Kerstens - qui connait bien l’agglomération lyonnaise, puisqu'il y a vévu et travaillé de 1974 à 1977 - apporte son soutien à la liste Vénissieux Fait front, menée Par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac!

Camarades,

Voici venu le moment de prendre sa revanche !  Après l'ignominie des interdiction de l'Œuvre et des Jeunesses Nationalistes, nous vous souhaitons un vif succès dans la campagne électorale et espérons que vous ayez plusieurs élus au soir du 30 mars qui soient, eux, capables de faire entendre la légitime colère du peuple français et des lyonnais en particulier.

A BAS LE RÉGIME !

mardi 25 février 2014

L'Express parle de notre liste !

Municipales : Les ultra-nationalistes doublent le FN à Vénissieux

Les leaders de deux groupuscules d'extrême-droite dissous par Manuel Valls refont surface dans la banlieue lyonnaise 


Municipales : Les ultra-nationalistes doublent le FN à Vénissieux
Les deux exclus du FN, à la tête de groupuscules dissous par décret présidentiel en juillet 2013, chassent sur les terres de leur ancien parti à Vénissieux (Rhône).
afp.com/Lionel Bonaventure

Tandis que le Front National lyonnais tarde à déposer auprès de la Préfecture ses listes pour les municipales, initialement promises pour le 10 février, deux exclus de la fédération frontiste du Rhône, Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, ont remis hier les 49 noms de leur liste Vénissieux fait Front. Marine Le Pen avait débarqué les deux ultras sulfureux, habitués des opérations coups de poing et propos outranciers, en prenant la présidence du parti en 2011, sur fond de purge des Gollnischiens - dont ils étaient. Son bras droit Benedetti, 47 ans, viré pour s'être proclamé " antisioniste, antisémite et antijuif " sur un site internet, avait alors pris la tête de l'Oeuvre Française, mouvement ouvertement pétainiste dont il était issu. Tandis que son poulain Alexandre Gabriac, 23 ans, coupable d'un salut nazi photographié, créait les Jeunesses Nationalistes, sorte de vivier de l'Oeuvre. Manuel Valls avait dissous ces deux groupuscules nauséabonds (avec d'autres) en juillet dernier, un mois après le meurtre de Clément Méric.  

Sur son compte Twitter, le virulent Benedetti se présente toujours comme le "président envers et contre tout" du "mouvement interdit par la dictature socialiste". Déjà conseiller municipal de Vénissieux, la tête de liste nationaliste emprunte le même slogan qu'en 2008, quand il oeuvrait sous la bannière du FN. Alexandre Gabriac, plus jeune élu de France en 2010 (dans l'Isère) à 19 ans, au Conseil Régional, s'est fait domicilier fin 2013 dans la troisième commune du Rhône et figure en 3e position, parité oblige. La préfecture a validé la liste (qui compte 4 candidats nés dans les années 1920, jusqu'en 1923, et 11 dans les années 1930) après des vérifications minutieuses. Le candidat s'y attendait, qui affirmait par avance dans son communiqué que le préfet, Jean-François Carenco, "a fait du combat contre nous, nationalistes, une affaire personnelle". Ledit préfet a, il est vrai, depuis novembre, le statut de témoin assisté dans une procédure d'injure publique intentée par Benedetti... 

Christophe Boudot, candidat Bleu Marine à Lyon et président de la fédération départementale du FN, reconnait avoir "échoué à constituer une liste à Vénissieux ", où son parti avait pourtant réalisé 38% des voix aux dernières élections législatives. "Je ne m'en cache pas : Benedetti est parti avec la moitié de nos forces. Je le dis catégoriquement : je ne le soutiendrai pas, c'est un adversaire". En dépit de leur mentor commun, Bruno Gollnisch.

Léa Delpont

Source : L'Express

Le Figaro parle de notre liste !

Vénissieux: l'extrême droite radicale "fait Front" 

 

Les dirigeants de deux groupuscules d'extrême droite dissous à l'été 2013, Alexandre Gabriac et Ivan Benedetti, tous deux anciens membres du FN, ont annoncé aujourd'hui avoir déposé une liste pour les municipales à Vénissieux (Rhône), intitulée "Vénissieux Fait Front".

Les deux hommes, qui se présentent toujours comme les "chefs des Jeunesses Nationalistes et de l'OEuvre Française", figurent respectivement en troisième et première positions sur cette liste de 49 candidats, selon le site internet "La Flamme". Ivan Benedetti avait été élu en 2008 à Vénissieux sous l'étiquette du FN, dont il avait été exclu en 2011 - pour s'être qualifié lui-même sur internet d'antisioniste, antisémite et antijuif - avant de prendre la tête de l'OEuvre Française, ouvertement pétainiste. Alexandre Gabriac, élu conseiller régional FN en 2010 avant d'être exclu du parti pour un salut nazi, s'était inscrit en fin d'année sur les listes électorales de Vénissieux.

"La ville de Vénissieux se paupérise, se tiers-mondise. Nul ne se sent plus chez soi, à Vénissieux. Il est temps de se réapproprier notre ville: ses rues, ses quartiers, sa mairie", a déclaré Benedetti dans un communiqué. L'initiative de ces deux anciens proches de Bruno Gollnisch, très actifs dans la mobilisation contre le mariage homosexuel, vient couper l'herbe sous le pied du FN dans une ville où il avait obtenu deux conseillers en 2008 et, surtout, 38% des voix au second tour des dernières législatives.

Fin janvier, le candidat Bleu Marine à Lyon, Christophe Boudot, patron du FN dans le Rhône, avait expliqué que le parti avait du mal à monter une liste à Vénissieux, Yvan Benedetti ayant emmené "les trois-quarts de sa liste" de 2008. Boudot avait alors exclu "catégoriquement" de soutenir la liste de ce dernier. En novembre, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, avait été placé sous le statut de témoin assisté à la suite d'une plainte pour injure publique déposée à son encontre par M. Benedetti. En avril dernier, le préfet avait déclaré que "la République est plus forte que quelques imbéciles", après que des militants d'extrême droite eurent tenté d'investir par la force un local du parti socialiste à Lyon en marge d'une manifestation contre le mariage gay.
"Cette liste est désormais entre les mains du préfet du Rhône, M. Carenco, qui a quatre jours pour statuer en toute objectivité sur sa validité, lui qui, depuis deux ans, a fait du combat contre nous, nationalistes, une affaire personnelle", conclut Benedetti. La dissolution de l'Oeuvre française et des Jeunesses nationalistes sur décret présidentiel avait été annoncée en juillet dernier par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Source : Le Figaro

lundi 24 février 2014

Le Point et Libération parlent de notre liste !

Municipales 2014 - Vénissieux : des ultranationalistes candidats

Les dirigeants de deux groupuscules d'extrême droite dissous, Alexandre Gabriac et Ivan Benedetti, ont déposé une liste pour les municipales.


Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac lors d'une conférence de presse en octobre 2013.
Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac lors d'une conférence de presse en octobre 2013. © Lionel Bonaventure / AFP

Les dirigeants de deux groupuscules d'extrême droite dissous à l'été 2013, Alexandre Gabriac et Ivan Benedetti, tous deux anciens membres du FN, ont annoncé lundi avoir déposé une liste pour les municipales à Vénissieux (Rhône), intitulée "Vénissieux Fait Front". Les deux hommes, qui se présentent toujours comme les "chefs des Jeunesses Nationalistes et de l'OEuvre Française", figurent respectivement en troisième et première positions sur cette liste de 49 candidats, selon un communiqué publié sur le site internet "La Flamme".
Ivan Benedetti avait été élu en 2008 à Vénissieux sous l'étiquette du FN, dont il avait été exclu en 2011 - pour s'être qualifié lui-même sur internet d'antisioniste, antisémite et antijuif - avant de prendre la tête de l'OEuvre Française, ouvertement pétainiste. Alexandre Gabriac, élu conseiller régional FN en 2010 avant d'être exclu du parti pour un salut nazi, dit "s'intéresser de près aux affaires de cette ville (Vénissieux, ndlr) qui sombre dans un chaos permanent".
Leur liste, déposée lundi en préfecture, est "composée de nationalistes, de sympathisants mais aussi de personnes qui s'engagent pour la première fois", indique le communiqué.

Couper l'herbe sous le pied du FN


L'initiative de ces deux anciens proches de Bruno Gollnisch, très actifs dans la mobilisation contre le mariage homosexuel, vient couper l'herbe sous le pied du FN dans une ville où il avait obtenu deux conseillers en 2008 et, surtout, 38% des voix au second tour des dernières législatives.
Fin janvier, le candidat Bleu Marine à Lyon, Christophe Boudot, patron du FN dans le Rhône, avait expliqué que le parti avait du mal à monter une liste à Vénissieux, Yvan Benedetti ayant emmené "les trois-quarts de sa liste" de 2008. Christophe Boudot avait alors exclu "catégoriquement" de soutenir la liste de ce dernier. En novembre, le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, avait été placé sous le statut de témoin assisté à la suite d'une plainte pour injure publique déposée à son encontre par Yvan Benedetti.
En avril dernier, le préfet avait déclaré que "la République est plus forte que quelques imbéciles", après que des militants d'extrême droite eurent tenté d'investir par la force un local du parti socialiste à Lyon en marge d'une manifestation contre le mariage gay.


Source : Le Point et Libération

Rue 89 parle de notre liste !




A Vénissieux, le FN laisse la place aux ultranationalistes Benedetti et Gabriac
 


Toutes les occasions sont bonnes pour faire parler d’eux. Ils s’étaient fait connaître en multipliant des « opérations coups de poing » médiatiques contre le Mariage pour tous. Un an après, les ultranationalistes Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac se présentent aux municipales à Vénissieux. Le premier y menait déjà une liste FN en 2008, parti dont ils ont été exclus depuis.

Ce lundi après-midi, ils ont déposé les 49 noms à la préfecture du Rhône qui dispose de quatre jours pour vérifier la conformité de cette liste d’extrême droite.

Pacte de non-agression entre les ultranationalistes et le FN

Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti se sont fait élire sous l’étiquette FN. L’un est toujours conseiller régional élu en Isère et l’autre est conseiller municipal de Vénissieux.
Ils ont tous les deux été exclus du parti après l’arrivée à la présidence de Marine Le Pen : Yvan Benedetti, pour s’être déclaré « antisémite, anti-sioniste et anti-juifs » et Alexandre Gabriac pour plusieurs photos où on le voit effectuant le salut nazi.
Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti ont continué leurs activités à la tête de deux groupuscules de l’extrême droite radicale (l’Oeuvre française et les Jeunesses nationalistes) jusqu’à leur dissolution en juillet dernier.
Malgré leur exclusion du FN, les relations entre les deux élus et la direction départementale du parti semblent plutôt bonnes. Quand Jean-Marie Le Pen vient en visite à Lyon, ils sont là et toute la famille est de nouveau réunie.
Malgré les bons scores réalisés par la liste conduite par Yvan Benedetti aux municipales de 2008 (15% des voix), le FN n’y a pas monté de liste pour 2014. Ce qui laisse le champ libre aux exclus, qui ne collent pourtant pas avec la ligne de Marine Le Pen.
La figure tutélaire de Bruno Gollnisch, conseiller régional FN, peut expliquer ce pacte local de non-agression. Yvan Benedetti, Alexandre Gabriac, comme Christophe Boudot (tête de liste FN aux municipales à Lyon) sont des proches de l’ancien patron du FN à Lyon et en Rhône-Alpes, challenger malheureux de Marine Le Pen à la présidence du parti frontiste.
En prime, les ultranationalistes ont choisi l’ambiguïté pour séduire l’électorat de Marine Le Pen.
  • Leur liste « Vénissieux fait front » porte le même nom que la liste FN de 2008.
  • Sur les tracts et les affiches, on peut lire en gros caractères : « Alexandre Gabriac conseiller régional, élu sur la liste Front National ».

Quelle efficacité de la dissolution des groupuscules de l’extrême droite radicale ?

L’existence de cette liste pose la question de l’efficacité des procédures de dissolution de l’Oeuvre française et des Jeunesses nationalistes, décidées en juillet dernier par Manuel Valls, ministre de l’intérieur.
  • L’Oeuvre française, qui comptait quelque 200 membres, était l’une des plus vieilles formations d’extrême droite française. Pétainiste, ce groupuscule s’affichait antisioniste pour mieux diffuser des messages à caractère antisémite.
  • Quant aux Jeunesses nationalistes, c’est la branche « jeune » de l’Oeuvre. Le groupuscule a été fondé en 2011 par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac.
Depuis la dissolution, les deux ultras ont multiplié les réunions publiques. Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac continuent une activité militante en ayant simplement perdu leur « marque » d’origine. Ils pourraient donc potentiellement être poursuivis pour reconstitution de ligue dissoute.

Source : Rue 89 Lyon

Lyon Première parle de notre liste !

Municipales à Vénissieux: une liste nationaliste déposée en préfecture... 

C'est officiel: il y aura une liste nationaliste à Vénissieux. Yvan Benedetti, conseiller municipal de Vénissieux, annonce avoir déposé ce lundi 24 février, en préfecture du Rhône, une liste sur laquelle on rterouvera aussi Alexandre Gabriac.

Yvan Benedetti est conseiller municipal et président du groupe « Vénissieux fait Front » depuis 6 ans.

dans un communiqué adressé à la rédaction de Lyon 1ère, il dénonce "la gestion catastrophique et despotique du maire communiste et de ses apparatchiks...La ville de Vénissieux se paupérise, se tiers-mondise. Nul ne se sent plus chez soi, à Vénissieux. Il est temps de se réapproprier notre ville : ses rues, ses quartiers, sa mairie".

"La liste « Vénissieux fait front » est la seule qui apportera un changement concret, non seulement sur le papier, mais dans nos vies, au quotidien".

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, a quatre jours pour statuer sur la validité de la liste, "lui qui, depuis deux ans, a fait du combat contre nous, nationalistes, une affaire personnelle".

Yvan Benedetti a participé à la fondation des Jeunesses nationalistes (JN) en octobre 2011, avec Alexandre Gabriac.

À la suite de l'affaire Clément Méric, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait prononcé la dissolution le 24 juillet 2013 de l'Oeuvre Française, dénonçant une « association qui propage une idéologie xénophobe et antisémite, des thèses racistes et négationnistes, qui exalte la Collaboration et le Régime de Vichy, et qui rend des hommages réguliers au Maréchal Pétain ».

L'association a déposé un recours devant le Conseil d’État pour s'opposer à cette dissolution. Il a été rejeté en octobre 2013.

Yvan Bénédetti avait lancé des poursuites contre le préfet Carenco pour injures publiques. Dans une interview à F3, le préfet avait lancé que "La République est plus forte que quelques imbéciles", en dénonçant les agissements de militants d'extrême droite lors de la mobilisation contre le mariage pour tous

Ces militants nationalistes avaient tenté d'investir par la force le local du parti socialiste, cours de la Liberté, à Lyon. S'en étaient suivis des heurts avec les forces de l'ordre et des gardes à vue.

Alexandre Gabriac est, quant à lui, à l'origine du Mouvement Jeunesses Nationalistes, lui aussi dissous.

Les deux militants d'extrême droite avaient été exclus du FN par Marine Le Pen.

A Vénissieux, le Front National semble avoir renoncé à constituer une liste...

Gérald Bouchon

Source : Lyon Première

Le Progrès parle de notre liste !

Vénissieux : l’extrême droite radicale en lice 

L’inscription sur les listes électorales, dans les derniers jours de 2013, d’Alexandre Gabriac, 23 ans, conseiller régional exclu du FN il y a deux ans, et de quelques-uns de ses amis, ne laissait guère de doute sur l’objectif poursuivi. L’extrême droite radicale avait la ferme intention d’être dans la course aux municipales à Vénissieux... C’est désormais chose faite.

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac / Photo Philippe Juste

Conseiller municipal vénissian depuis 2008, Yvan Benedetti, également exclu du FN, et Alexandre Gabriac ont déposé, ce lundi après-midi, une liste de 49 noms en préfecture. Les services de l’Etat disposent désormais de quatre jours pour valider (ou non) cette liste.
Pour mémoire, en 2008, Yvan Benedetti conduisait la liste FN à Vénissieux. Il était arrivé en troisième position avec 11,16% des suffrages. En 2001, le FN avait obtenu 14,32% des voix.

H.P.

Source : Le Progrès

 

Lyon Mag parle de notre liste !

Municipales à Vénissieux : Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti ont déposé une liste commune ce lundi

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac - LyonMag

La rumeur demandait confirmation, c'est désormais chose faite.

Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti ont déposé ce lundi une liste à la préfecture pour les élections municipales de Vénissieux. Ex-leaders des Jeunesses Nationalistes et de l'Œuvre Française, groupuscules désormais dissous, ils mèneront la liste "Vénissieux Fait Front". Une référence claire au parti d'extrême-droite dont ils ont été exclus.

La tête de cette liste de 49 noms revient au conseiller municipal sortant, Yvan Benedetti alors qu'Alexandre Gabriac sera numéro 3 pour des raisons de parité. Ce dernier justifie son engagement par la volonté de "s'intéresser de près aux affaires de cette ville qui sombre dans un chaos permanent". Il évoque une liste "composée d'anciens membres des groupuscules dissous, de sympathisants mais aussi de personnes qui s'engagent pour la première fois". Si son dépôt a été accepté, la liste reste soumise à validation sous quatre jours. A partir de là, "Venissieux Fait Front" pourrait alors entrer en campagne et commencer à communiquer sur son programme.

Source : Lyon Mag

Lyon Capitale parle de notre liste !

Vénissieux : Gabriac et Benedetti déposent leur liste

Yvan Benedetti, Thomas Joly et Alexandre Gabriac devant la mosquée de Beauvais ()
@photo provenant du blog de Thomas Joly


Le fondateur de feu les Jeunesses nationalistes et le président de feu l'Œuvre française ont déposé en début d'après-midi leur liste pour les municipales à Vénissieux. Le premier l'annonce sur Twitter et l'information nous a été confirmée par les services de la préfecture. Celle-ci dispose d'un délai de quatre jours pour vérifier que la liste est conforme.

Les deux leaders d'extrême droite ont retenu pour nom "Vénissieux Fait Front", clin d'œil à leur ancien parti dont ils ont été exclus. Il s'agit sans doute aussi d'interpeller les électeurs de Marine Le Pen, dont le mouvement ne parvient pas, jusqu'alors, à trouver des candidats.

Fabien Fournier

Source : Lyon Capitale

La liste Vénissieux Fait Front déposée !



Communiqué d'Yvan Benedetti, 
Conseiller municipal de Vénissieux


Aujourd’hui, lundi 24 février, nous avons déposé en préfecture du Rhône, Alexandre Gabriac et moi-même, Yvan Benedetti, notre liste de candidature pour les élections municipales à Vénissieux où je suis conseiller municipal et Président du groupe « Vénissieux fait Front » depuis 6 ans. A ce titre, j’ai pu constater la gestion catastrophique ainsi que despotique du maire communiste et de ses apparatchiks.  Il est le communisme idéologique qui consiste à partager les richesses. Il est le communisme pratique qui consiste à partager la pauvreté. La ville de Vénissieux se paupérise, se tiers-mondise. Nul ne se sent plus chez soi, à Vénissieux. Il est temps de se réapproprier notre ville : ses rues, ses quartiers, sa mairie. La liste « Vénissieux fait front » est la seule à s’opposer au système, dans les termes et dans les faits. Elle est la seule qui apportera un changement concret, non seulement sur le papier, mais dans nos vies, au quotidien. Cette liste est désormais entre les mains du préfet du Rhône, M. Carenco, qui a quatre jours pour statuer en toute objectivité sur la validité de la liste, lui qui, depuis deux ans, a fait du combat contre nous, nationalistes, une affaire personnelle.


Yvan Benedetti
06.98.19.89.52


dimanche 23 février 2014

Dimanche 23 février : tractage sur le marché de Vénissieux !

Ce n'est pas moins d'une dizaine de militants et candidats aux élections municipales qui s'étaient donné rendez-vous ce matin du dimanche 23 février, au marché de l’Hôtel de Ville de Vénissieux, afin de distribuer le tract de campagne de Vénissieux Fait Front !



Emmenés par le conseiller municipal sortant et la tête de liste Yvan Benedetti, l'équipe motivée distribua plusieurs centaines de tracts dénonçant les méfaits de l'immigration aux vénissians, dont certains ne dissimulèrent pas leur satisfaction de voir enfin dénoncée clairement la cause principale des problèmes de la ville !

Le tract distribué

Vénissieux Fait Front : c'est parti !

Ouverture du blog et lancement de la campagne de la liste Vénissieux Fait Front
aux élections municipales des 23 et 30 mars 2014!

Cette liste sera conduite par Yvan Benedetti, conseiller municipal sortant! 

Le conseiller régional Alexandre Gabriac figurera en troisième position sur la liste!

Vous pouvez nous contacter de plusieurs façons :

par courriel:

venissieux2014@gmail.com

par téléphone:

07.81.75.58.81

Contact Presse:

06.98.19.89.52

par courrier postal:

 V.F.F.
65 avenue Jules Guesde
69200 Vénissieux